Activités parlementaires, Actualité

Fin de vie : un débat nécessaire

8 Avr , 2021  

Le 8 avril dernier, l’Assemblée nationale débattait sur la proposition de loi « donnant et garantissant une fin de vie libre et choisie », portée par Olivier Falorni, dans le cadre de la niche parlementaire du groupe Libertés et Territoires.

J’étais présente dans l’hémicycle tout au long de la journée pour assister à la totalité des débats, aux côtés de nombreux députés La République en Marche et parlementaires de tous bords.

Un vote symbolique porteur d’espoir

Ce débat, qui dépasse les clivages politiques, a malheureusement été obstrué par quelques députés Les Républicains ayant déposé plus de 3 000 amendements, rendant l’adoption de cette PPL matériellement impossible. Toutefois, en fin de soirée, l’article 1er de cette proposition de loi, qui prévoit les conditions d’une assistance médicalisée active à mourir, a été adopté. Le vote a été transpartisan et très majoritaire puisque 240 députés ont voté en faveur de cet article premier. Il est à noter que ce vote n’a qu’une valeur symbolique dès lors que le texte lui-même n’a pas été adopté dans son entièreté. Néanmoins, je suis pleinement convaincue que la société est prête à porter ce débat et que nos concitoyens souhaitent, dans leur grande majorité, pouvoir choisir leur fin de vie.

Choisir sa fin de vie : c’est bel et bien de cela dont il s’agit, que chacun puisse voir son choix respecté, face à une affection grave et incurable, dans des conditions strictement définies par la loi. Il semble nécessaire de rappeler que pour accéder à une telle assistance, la proposition de loi requiert que la personne soit majeure et capable, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, lui infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne pourrait être apaisée. La demande serait alors présentée à un collège de praticiens à qui il appartiendra de vérifier le caractère libre, explicite et réfléchi de la demande ainsi que l’impasse thérapeutique dans laquelle le demandeur se trouve. Parce qu’il renforce les droits des personnes en fin de vie, qu’il réaffirme la nécessité du respect des volontés de celles-ci, j’étais favorable à l’adoption de cette PPL et souhaite que ce sujet soit remis à l’ordre du jour très rapidement.

Pour plus d’informations :

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/droit_fin_vie_libre



Les commentaires sont fermés.